Nouveautés - Beaux-Arts

  • Ecrit par un non-spécialiste passionné, ce petit livre vif et brillant s'adresse à tous, et entend fournir un manuel de résistance au discours sur l'art contemporain. Ce dernier fonde son emprise sur une vision mythifiée de l'histoire de l'art : le XXe siècle aurait été avant tout le siècle des avant-gardes, chacune ayant été plus loin que la précédente dans la remise en cause de notions comme la figuration, la beauté, et même l'oeuvre. Or non seulement ces notions anciennes ont continué d'exister dans les arts dits mineurs, mais surtout, il y a eu un autre XXe siècle artistique, une tradition de peinture qui s'est obstinée à représenter la réalité et qui réémerge aujourd'hui, de Bonnard à Balthus, de Morandi à Hopper, de Giacometti à Lucian Freud.
    Cet essai présente cette autre histoire de l'art, dont l'existence infirme le discours, le mythe ... et le marché de l'art contemporain. Cette histoire s'est prolongée secrètement jusqu'à nous : il y a eu en France, au cours du dernier demi-siècle, de très grands artistes, dont certains sont encore vivants, qui ont continué de représenter le monde et de chercher la beauté. Connus d'un petit milieu de collectionneurs, de critiques, de poètes, mais ignorés des institutions culturelles et du grand public, ces artistes sont les sacrifiés de l'art contemporain, les véritables artistes maudits de notre époque. Comme les artistes maudits de jadis, ce sont eux pourtant qui rendent notre modernité digne d'être aimée et sauvée. Ils sont la gloire de l'art français.

  • Exposition organisée par le Musée de Grenoble, du 7 novembre 2020 au 7 février 2021.

    Parcours dans les collections d'oeuvres d'artistes italiens du musée de Grenoble et l'histoire de l'art italien : de Modigliani aux Futurisme, de la Peinture Métaphysique au Second Futurisme, des Abstractions au Spatialisme, des Figurations à l'Arte Povera.
    A la découverte des artistes de la collection italienne du musée de Grenoble : Modigliani, Luigi Russolo, Giorgio De Chirico, Filippo De Pisis, Osvaldo Medici Del Vascelles, Mario Tozzi, Luigi Columbo dit Fillia, Enrico Pramprolini, Alberto Magnelli, Manfredo Borsi, Berto Lardera, Lucio Fontana, Eduarda Emilia Maino dit Dadamaino, Antonio Calderara, Bruno Munari, Enrico Castellani, Valerio Adami, Leonardo Cremonini, Lucio Fanti, Mario Merz, Alighiero Boetti dit Alighiero e Boetti, Michelangelo Pistoletto, Giovanni Anselmo, Giulio Paolini, Luciano Fabro, Giuseppe Penone et Michele Zaza.

  • Catalogue officiel de l'exposition Maurice Denis. Amour au musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, du 12 février au 16 mai 2021, organisée en partenariat avec le musée d'Orsay, Paris. Maurice Denis (1870-1943) est un peintre et un théoricien incontournable de l'art moderne français au tournant du xixe au xxe siècle. Au-delà de son célèbre mot d'ordre de 1890, « Se rappeler qu'un tableau - avant d'être un cheval de bataille, une femme nue, ou une quelconque anecdote - est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées », la richesse de sa production picturale et l'abondance de ses écrits dévoilent l'ambition d'une vie entièrement consacrée à l'art, à l'amour et à la religion. Le présent ouvrage retrace les multiples facettes de ce parcours original et captivant, jusqu'à la Première Guerre mondiale. La réunion d'un riche corpus d'oeuvres commentées montre l'évolution rapide du style de l'artiste, des expérimentations plastiques inédites du « Nabi aux belles icônes » jusqu'à l'expression par l'harmonie des formes et des couleurs des oeuvres symbolistes, puis la quête tout aussi audacieuse d'un nouveau classicisme. Confiés à des spécialistes, les essais publiés dans cet ouvrage réévaluent la place de Maurice Denis dans son temps : sa volonté de créer des images modernes poétiques et musicales, toujours ancrées dans la nature et dans la vie quotidienne ; son dialogue avec les exemples de Pierre Puvis de Chavannes, Paul Gauguin, Paul Cézanne et Henri Matisse ; sa participation à la revalorisation des arts appliqués aux côtés de ses amis nabis, et sa confrontation avec la grande décoration murale ; enfin, les sources d'inspiration constantes que furent son épouse Marthe et ses enfants, les forêts de Saint-Germain-en-Laye et les plages de Bretagne.

  • Au-delà d'une simple chronologie cet ouvrage met l'accent sur la position de transition qu'occupe Bonnard dans l'histoire de la peinture, à travers plus de 250 reproductions, ce qui en fait une véritable monographie de référence.

    Pierre Bonnard (1867-1947), au même titre que Nicolas de Staël (1913-1955), est l'un des principaux acteurs de l'art moderne dont les publications les concernant sont des best-sellers en librairie.

    Guy Cogeval , directeur d'ouvrage  est actuellement à la tête du Centre d'études des Nabis (mouvement artistique dont Pierre Bonnard fait partie). Il sera co-commissaire de   l'exposition sur les nabis au musée du Luxembourg au printemps 2019.

  • Faisant suite au deux précédents ouvrages What The Fuck ! et What The Mega Fuck ! aux éditions le Monte-en-l'air en 2020, ce 3e opus de la collection WTF réunit des photographies en provenance du monde entier, collectées au fil de pérégrinations sur la Toile. Sur les réseaux sociaux et les sites Internet dont sont issues ces photographies, l'acronyme "WTF" précède souvent un contenu pour signifier l'effarement qu'il provoque.
    Cette interjection exprime autant l'incompréhension que le malaise du "voyeur" face à ces images. Leur accumulation souligne la course folle au partage de contenus "extra-ordinaires" pour un public anesthésié et pose la question de la dilution du sens de la photographie à l'aube du XXI ème siècle. Ces images incongrues sont vues par des millions d'internautes à un instant T, mais disparaissent définitivement au bout de quelques semaines.
    En éditant ces images dématérialisées et en les réunissant dans des ouvrages imprimés, la maison d'éditions Innocences s'approprie ces clichés et pose un acte de résistance face à la course à l'infini du Web. Innocences, à travers la publication de ces livres à tirage unique et numéroté, propose un véritable travail d'archiviste afin d'y consigner une certaine image de l'homme contemporain.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Blessés, mutilés, torturés, violés, tués, obligés de fuir, soumis aux privations, témoins des violences subies par leurs proches ou de la mort de ceux-ci, enrôlés de force ou depuis toujours condamnés à vivre dans une société guerrière, les enfants ont une expérience totale des violences de masse, une mémoire et une parole à part entière.
    Bien loin des «?direct live?» de nos écrans, l'image dessinée est arrêtée. Le temps est suspendu. L'hypermnésie du traumatisme va parfois figer l'instant de l'attaque dans une image aux détails presque photographiques. Les tracés des trajectoires des balles et des bombes nous disent la cible précise dans les scènes d'attaque. L'instant de la mise à mort est partout représenté, comme le sont les armes qui l'infligent -?machettes, avions, hélicoptères, bombes, barils explosifs, véhicules blindés, fusils d'assaut... Les corps sont omniprésents. Les corps dans la fuite, dans l'effroi, cet au-delà de la peur. Les corps abîmés. Les corps morts.
    Ces dessins montrent, tout comme ils nous aident à faire d'un insoutenable un imaginable. Car si ces corps abîmés avaient été photographiés, nos yeux auraient fui l'image. Dans la figuration dessinée, nous pouvons les regarder. C'est notre relation à la violence et à sa représentation qui est questionnée. Si le dessin peut créer une distanciation, la puissance graphique et narrative des enfants a toutefois le pouvoir de nous affecter profondément. En cela, elle participe aux mémoires plurielles des sociétés, à la documentation sur les crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocides, à nos défis de justice internationale.

  • Stefano Faraveli et Francesca Ghiotti vivent à Turin. Stefano est un "carnettiste" remarquable. Il peint et écrit sur le monde où il se promène avec sa compagne. Dans ce livre, ils répondent à une de ces questions essentielles qui peut hanter nos esprits : « De combien est longue la langue du fourmiller ? ». Au recto les plans de la machine qu'il faudra construire pour arriver à capturer un fourmilier, au verso la recherche du fourmilier... et la réponse à cette lancinante question ! Ce livre s'appuie sur une des citations la moins connue (et pourtant essentielle) de Charles De Gaulle : "La chose le plus difficile est... "

  • Pour Darroch et Michael Putnam, le duo à la tête de la très courue agence de design floral Putnam & Putnam à New York, la création florale est comme la peinture : les fleurs sont la matière et la couleur le message. Fleurs : La Théorie des couleurs fait suite au célèbre Guide des fleurs par couleurs. Ce second ouvrage présente 175 superbes compositions créées par les Putnam à partir de combinaisons de couleurs complémentaires, analogues et monochromes. Distillés au fil des pages, conseils et astuces vous permettront de créer vos propres arrangements, tandis qu'une barre stylisée indique la palette chromatique utilisée. En fin d'ouvrage, des vignettes détachables facilitent l'achat des fleurs. Le Guide des fleurs par couleurs aidait le lecteur à choisir ses fleurs en fonction des saisons. Fleurs : La Théorie des couleurs va plus loin et montre comment combiner les couleurs pour créer d'incroyables compositions florales originales et fabuleuses. La couleur est au centre du travail et des cours d'art floral de Darroch et Michael Putnam, les fondateurs de l'agence de design floral Putnam & Putnam à New York. Leur premier livre, le Guide des fleurs par couleurs, traite des fleurs prises individuellement, de leur couleur, de leur identification et de leur saisonnalité. Second opus, Fleurs : La Théorie des couleurs révèle la mise en application de leur conception. Véritable guide pratique, il permet de créer de belles compositions imaginatives, avec des gammes de couleurs et des éléments variés, dont des fleurs, des feuillages et des fruits. En allant chromatiquement du blanc au noir, ce livre permet de découvrir 175 compositions construites autour de combinaisons de couleurs : analogue, complémentaire, monochrome, transitionnelle, arc-en-ciel, accentuée et triade. Des conseils et une barre de couleurs latérale éclairent la création de la composition. À la fin du livre, des échantillons de couleurs détachables ainsi qu'une multitude de conseils pratiques, du choix des vases à celui des fleurs pour les mariages, font de ce livre une source d'inspiration incontournable. Avec de superbes photographies et des conseils pour créer vos propres compositions, Fleurs : La Théorie des couleurs s'adresse aux fleuristes, organisateurs d'événements, artistes, designers ainsi qu'aux inconditionnels des fleurs, des couleurs et de la décoration.

  • Ajouter au panier
    En stock
  • « Chaque jour, Jacques de Bascher déjeune aux Deux Magots ou chez Lipp, toujours à la même table. Il retrouve dans ce minuscule triangle germanopratin l'ensemble de la faune qu'il recroisera le soir venu. Ses journées suivent un rituel immuable. Lorsqu'il rentre chez lui après le déjeuner, il fait une sieste puis se rend chez Carita, où Monsieur Guy, coiffeur de feu Gérard Philipe, se charge de sa nuque. Quand il ne prend pas soin de son apparence, il va au cinéma, fait du shopping, prend le thé chez une comtesse ou reçoit un amant. Vers dix-sept heures, il repart vers l'Odéon et s'installe au Dauphin, rue de Buci. Il y joue au flipper et y achète les substances nécessaires à la prochaine nuit. Puis il se rend chez Karl Lagerfeld avant de rentrer se préparer pour sa soirée et de filer vers le Flore, l'antichambre de la nuit, à quatre minutes de chez lui. » L'allure d'aristocrate, le goût très sûr et la beauté viscontienne de Jacques de Bascher feront de lui la muse de Karl Lagerfeld et l'amant terrible d'Yves Saint Laurent. Ce livre, fruit d'une enquête auprès de ceux qui l'ont côtoyé, admiré ou mal aimé, est une plongée dans les années 1970 et 1980, ces années folles qui consumèrent Paris et ses troupes, et dont il fut l'une des figures les plus singulières.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ce livre présente un ensemble remarquable d'affiches qui ont marqué le graphisme publicitaire de la Belle Epoque aux années 1980.
    Divertissement, transport, alimentation, vie quotidienne, aucun domaine n'échappe à l'exigence de créer du désir dans la société de consommation qui s'affirme au XXe siècle.
    Conçue par des mains expertes, ces messages de rêve, d'évasion, de beauté mais aussi d'humour ont marqué la mémoire collective par leur force esthétique.
    De Toulouse-Lautrec à Savignac, en passant par Cappiello, Cassandre, Colin, Loupot, Morvan, Savignac et Villemot, ces imprimés au graphisme soigné nous montrent comment le support publicitaire a su se hisser au rang des beaux-arts.

  • Quel plaisir de retrouver toutes ces images familières présentées à l'espace culturel Lympia dans l'exposition « La Côte d'Azur s'affiche » ! Les services culturels du dépar- tement des Alpes-Maritimes se sont mobili- sés autour de l'organisation de cet événe- ment qui propose une sélection d'affiches conservées aux archives départementales. L'affiche est un objet rassurant de notre vie quotidienne. Regarder une affiche, c'est lire un événement à venir dans un monde qui s'active. Faire une affiche, c'est composer un message que l'on souhaite partager avec les autres. Les affiches décorent nosintérieurs, ornent l'espace public. L'Espace culturel départemental Lympia est composé de deux bâtiments historiques classés : l'ancien bagne, complété de son toit-terrasse de 280 m2, construit en 1750, ainsi que la tour de l'Horloge, réalisée en 1826, qui dominent le port. Cet ensemble architectural remarquable constitue un précieux témoin de l'histoire de Nice et de son comté.

  • La tapisserie constitue un ornement privilégié des monuments historiques civils ou religieux, du fait de son caractère monumental, de son impact décoratif et de sa force narrative.
    Ce numéro est particulièrement dense, en raison de l'importance des deux dossiers thématique et scientifique, ainsi que par la nature exceptionnelle des chantiers présentés.
    Étayé par de nombreuses études de cas, ce dossier a pour objectif de mettre en valeur les actions menées par les services de l'État en faveur de la conservation de ce patrimoine fragile, très présent dans les collections publiques, comme privées. Outre les questions de conservation et de restauration, seront exposés les moyens mis en oeuvre pour la présentation des tapisseries, leurs rotations, les réserves, avec un focus sur la politique de conservation dans les musées, et au Centre des monuments nationaux.
    Les études de cas conduiront le lecteur à La Chaise-Dieu, Montpezat-du-Quercy, Angers (la tenture de l'Apocalypse), Aix-en-Provence, Toulouse, Beauvais, Le Mans, Saumur, Aubusson, Strasbourg, Vannes, Chateaudun...
    L'actualité des chantiers est dominée par la réhabilitation de l'hôtel de la Marine à Paris ; mais elle rend compte aussi de la restauration des vitraux du XVIe siècle de la cathédrale d'Auch ; la maison de Victor Hugo à Hauteville House (Guernesey) ; le Castel Gesta, demeure et atelier du peintre-verrier (Toulouse) ; la réhabilitation du lycée du Raincy ; la reconstitution du mobilier de la villa E-1027 (Roquebrune-Cap-Martin) ou la villa de l'architecte André Bruyère (1968 ; Maussane-les-Alpilles).
    Le dossier scientifique et technique est consacré à la microbiologie, soit l'étude des altérations biologiques des oeuvres patrimoniales.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Giuliano Ruffini, son fils Mathieu et Lino Frongia, peintre, sont soupçonnés par une juge française d'avoir fabriqué et diffusé des dizaines de tableaux apparus depuis trente ans en Europe et en Amérique.
    Ce livre retrace quatre ans d'enquête. Il raconte les péripéties de ces peintures à travers le monde, expose l'ingéniosité technique des faussaires et les arguments contradictoires des examens scientifiques et décrit des personnages hauts en couleur gravitant autour de ce commerce. Il révèle ainsi la face inquiétante d'un monde de l'art aux pratiques tortueuses et dans lequel des millions d'euros changent de mains avant de se volatiliser.
    À des degrés divers, de grandes institutions tels Le Metropolitan Museum de New York, le Getty, la National Gallery de Londres, le Louvre, le Kunsthistoriches Museum de Vienne ou le musée de Parme sont impliquées. Sotheby's ou Christie's à Paris, Londres et New York ; de prestigieuses galeries londoniennes, parisiennes et munichoises ; de grands experts à travers l'Europe et les États-Unis se retrouvent aussi mêlés au plus gros scandale qu'a jamais connu le monde de l'art.

  • Une biographie des frères Morozov, les grands mécènes moscovites, dont on découvrira la fabuleuse collection d'art moderne français et russe cet automne dans le cadre d'une grande exposition durant quatre mois à la Fondation Vuitton (1 million de visiteurs prévus). 

  • Cette nouvelle édition poche, revue et corrigée, s'enrichie d'une préface émouvante de la petite-fille de Ernst H.Gombrich qui raconte la genèse de ce livre désormais iconique. Aussi audacieux que cela puisse paraître, raconter l'histoire de l'humanité en quelque trois cent pages est le pari fou que s'est lancé Ernst Grombrich, et qu'il a relevé avec brio. Tutoyant ses lecteurs, petits ou grands, et considérant que ceux-ci savent réflechir par eux-mêmes, il leur présente les personnages historiques emblématiques de leur temps et raconte les faits dans leur continuité, comme dans un roman au long cours, avec toujours cette question centrale qui guide son propos : quels épisodes du passé ont eu une influence sur la vie de l'humanité en général et quels sont ceux dont on se souvient le plus ? Un ouvrage formidable pour apprendre l'histoire sans en avoir l'air, comme l'explique si bien Gombrich : "j'aimerais que mes lecteurs l'abordent en toute décontraction et suivent le fil de l'histoire sans se sentir tenus de prendre des notes ni de retenir des noms et des dates. Je leur promets aussi qu'il n'y aura pas d'interrogation."

    Ajouter au panier
    En stock
  • Benjamin Castaldi se souvient de sa grand-mère Simone Signoret et d'Yves Montand, le père adoptif de sa mère Catherine Allégret, dont il fut proche jusqu'à la fin de leur vie, dans leur maison d'Autheuil. Il imagine avec tendresse leur rencontre, et fait le récit de cet amour extraordinaire.
    À travers ce couple mythique, toute l'histoire du cinéma français, mais aussi celle de la gauche, du communisme et de la fin des certitudes sont contées. Une vie jalonnée de succès - Casque d'or, Les Diaboliques, Les Chemins de la haute ville, La Veuve Couderc, La Vie devant soi ; Les Feuilles mortes, Le Salaire de la peur, La Folie des grandeurs, César et Rosalie, Jean de Florette... - et de combats pour la paix, pour tous ceux qui souffrent, tous ceux que l'on persécute.
    De Marseille à Hollywood, de Moscou à Paris, côtoyer ces deux monstres sacrés, c'est écrire une chronique du XXe siècle : depuis l'Occupation jusqu'à la chute du mur de Berlin, sur les plateaux de cinéma, les scènes de music-hall, dans la rue ou au bistrot.
    Enfin, ce livre nous fait entrer dans l'intimité d'une famille, celle de Benjamin Castaldi pour qui Montand et Signoret furent des modèles inoubliables trop tôt disparus.

  • Le cinéma documentaire se voulait le fruit d'un artisanat furieux, à l'écart du marché. De cette liberté des formes, les télévisions, principaux financeurs, ne veulent plus. Elles imposent des normes (commentaires redondants et montages accélérés) qui stérilisent les films diffusés et ceux qui aspirent à l'être. Une certaine tendance au conformisme s'impose. Il faudrait à la fois se conformer et donner le change en passant pour « neuf ».
    Dans les années quatre-vingt, j'ai renoncé au cinéma « de fiction » et lui ai préféré le documentaire pour sa liberté. C'est en documentaire que la parole filmée prend force et beauté, que les corps filmés, quels qu'ils soient, acquièrent une dignité - celle dont les serviteurs du marché se moquent.
    /> J.-L. C.

    Ajouter au panier
    En stock
empty