Bernar

  • Bernar venet

    Venet Bernar

    Bernar Venet est un artiste plasticien français, né le 20 avril 1941 à Château-Arnoux-Saint-Auban dans les Alpes-de-Haute-Provence.
    Il réside aux États-Unis où il s'est fait connaître pour ses sculptures d'acier et ses dessins.
    « L'art n'est pas fait pour le plaisir mais pour la connaissance. »

  • 22 poèmes à dire ou à chanteur, seul ou à plusieurs. Avec sept bandes-son à télécharger.

  • Carmelita

    Mathieu Bernar

    On a tué l'homme qu'elle aimait.
    Ivre de chagrin, Carmelita quitte le Distrito Federal et se jette dans la folie grouillante de Rio comme on se fiche à l'eau. Emerson, son fils aîné, un adolescent de seize ans, l'accompagne. Lorsque la mère et le fils descendent du bus qui les amène de Brasilia, ils ont le sentiment de débarquer sur la Lune. La ville ne ressemble pas à ce qu'en dit la télévision : elle est immense, violente, imprévisible.
    En vérité, Rio est un ogre qui dévore ses enfants. Dès leur arrivée à Sao Carlos que domine le vieux pénitencier où pourrissent des milliers de détenus, Carmelita et Emerson comprennent très vite que s'ils veulent survivre dans ce chaos en perpétuelle ébullition, il leur faudra se plier à la loi inflexible des favelas. Tous deux sont confrontés au crime, omniprésent dans cette misère sans nom. Carmelita est mêlée à un sequestro, un enlèvement contre rançon.
    Quant à Emerson, il est enrôlé dans la guerre qui déchire périodiquement les deux grandes organisations criminelles qui contrôlent les favelas cariocas.

  • Barreto, vieux flic corrompu, usé au service des puissants, pleure et ne peut plus dormir. Devenu riche au prix de deux meurtres et d'une énième trahison, il quitte Brasília, ses gosses et la grosse Zulma qui lui servait de maîtresse. Il prend la route des marais immenses du Pantanal, aux confins du Brésil, entre Argentine et Paraguay, où tout se trafique et se vend. À la même heure, à São Paulo, le capitaine Otelo court après sa jeunesse foudroyée par la dictature. L'image d'Iris, vue pour la dernière fois couverte de sang dans les locaux de la police politique de l'armée, le hante. C'était au temps de la guérilla mais le pays a-t-il vraiment changé ? Zé, tiré de la rue, éduqué comme son propre fils et devenu enquêteur ne donne plus de nouvelles... Otelo a trop de métier pour ne pas s'inquiéter. À son tour, il va prendre la route sans fin...

    Prix SNCF du polar européen 2000

  • De l'embouchure de la Loire à celle de la Viaine, la côte sud de la Bretagne présente l'aspect d'une authentique riviera, à l'urbanisation atypique en ruban le long des rivages océaniques de Saint-Nazaire à Penestin.
    Le récit d'une extraordinaire mutation paysagère, raconté par un homme qui en a souvent été le moteur.
    Une opulente iconographie enrichie le texte.

  • Poetic? Poétique ? rassemble pour la première fois l'intégralité de la production de poésie conceptuelle de l'artiste français Bernar Venet. Cette somme de 140 « poèmes » commencée en 1967 alors qu'il arrive à New York, tour à tour en français, en anglais et/ou en langage mathématique, constitue l'une des premières pierres d'un glissement littéraire majeur : l'écriture non créative, clé de voûte de notre rapport au texte à l'heure numérique. Cette anthologie est introduite par Christian Bernard, éclairée par un texte critique de Mathieu Copeland et par un essai de Véronique Perriol. L'ensemble est complété par la mise à disposition d'un corpus inédit de poèmes sonores de l'artiste sur UbuWeb.

  • Sur l'aventure du mariage, tout a été dit.
    Mais tout reste à vivre : " Vous avez tout dans vos mains, et votre amour deviendra ce que vous en ferez. Il ne dépend que de vous d'être amoureux pour la vie. " Cette réflexion sur le dynamisme de l'amour met en relation vie pratique, psychologie et spiritualité : la théologie de l'Alliance s'incarne dans la vie quotidienne, de la préparation au mariage à l'éducation des enfants, en passant par l'harmonie sexuelle, les relations avec la belle-famille ou la question du pardon.
    De nombreux conseils pratiques et témoignages font de ce livre un guide précieux pour tous ceux qui désirent une vie de couple joyeuse, intense et durable.

  • Réfugié à Paris après avoir quitté l'Allemagne en décembre 1933, alors que les nazis viennent de fermer l'école du Bauhaus où il enseignait depuis 1922, Kandinsky s'installe avec son épouse Nina dans un appartement à Neuilly-sur-Seine. C'est là qu'il développe un style original, synthèse du vocabulaire géométrique des années du Bauhaus et des tracés aléatoires et ondulants de la décennie précédente. Par ailleurs, sous l'influence de ses lectures d'ouvrages scientifiques sur l'évolution de la vie, tout un répertoire de motifs biomorphes vient peupler ses compositions et confère à ce dernier style une saveur particulière.

    Cette période de l'artiste, la moins connue du grand public, riche de ses échanges avec les milieux artistiques parisiens, de son intérêt accru pour les sciences et d'une spiritualité plus vive, fut peu à peu marquée par un sentiment d'exil, un exil intérieur habité de réminiscences à la fois artistiques et autobiographiques, qui eut une influence profonde sur son art.

  • Les poèmes de Bernard Venet lus par leur auteur en français et par Kenneth Goldsmith en anglais dans un double LP.

  • Les associations événementielles sont en général des structures relativement importantes dont, par conséquent, les besoins de financement sont substantiels.
    En effet, si le but de ces associations est d'organiser des événements artistiques, sportifs, promotionnels, il est nécessaire qu'elles aient les moyens de leurs ambitions et la matière grise, le bénévolat, le mécénat ne suffisent généralement pas. Elles doivent s'autofinancer, autrement dit, non pas faire appel seulement à la "générosité du public", mais bien demander le paiement du prix de la prestation offerte.
    Ce faisant, ces associations risquent de franchir cette frontière floue du "sans but lucratif" pour entrer dans le monde " marchand" et par voie de conséquence dans celui des impôts commerciaux : impôt sur les sociétés, NA, contribution économique territoriale. En tout état de cause, la question du statut fiscal de ces ressources de nature commerciale ne peut pas rester sans réponse. En effet, dès lors qu'une association exerce une activité commerciale sans être assujettie aux impôts mis à la charge des entreprises commerciales, ces dernières sont légitimes à invoquer une distorsion de concurrence.
    Il faut donc définir les conditions dans lesquelles une association peut exercer une activité de nature commerciale défiscalisée sans entraîner une distorsion de concurrence. Cette question fiscale est la cause d'une grande insécurité juridique pour les associations. Leur survie dépend, dans une grande mesure, d'une situation fiscale clairement appréhendée et assumée et même si la matière est aride, il est préférable de ne pas faire la politique de l'autruche.
    Cela étant, les associations, quelle que soit leur situation au regard des impôts commerciaux, ne peuvent pas échapper complètement aux impôts et taxes, notamment les impôts locaux : taxe d'habitation, taxes foncières, taxes d'urbanisme, impôt sur les spectacles. Par ailleurs, les associations, en particulier les associations événementielles, doivent également ne pas perdre de vue les obligations fiscales qui sont les leurs en leur qualité d'employeur, notamment les obligations relatives aux taxes assises sur les salaires, ainsi que la retenue à la source pour certaines catégories de personnel.
    Cet ouvrage se propose de décrire l'état de la doctrine et de la jurisprudence en ce qui concerne cette question de l'assujettissement des associations aux impôts commerciaux, de passer en revue, selon un prisme fiscal propre aux activités événementielles, les différentes ressources des associations sans oublier les différentes taxes déconnectées des ressources ainsi que les fiscales des associations employeurs.

  • Une île au bout du doigt

    Vuilleme/Jean-Bernar

    • Zoe
    • 26 Septembre 2007

    La guerre des Malouines, ou des Falkland, a fait rage il y a près de vingt-cinq ans, mais le héros de ce roman, voyageur lunaire et insatiablement curieux, parti sur un coup de dés, a l'impression qu'elle vient de s'achever. Sur ces terres pelées du bout du monde, en plein vent, il découvre qu'elle demeure un événement fondateur pour les insulaires, fidèles sujets britanniques, qui ne cessent de commémorer la victoire sur leurs proches voisins argentins.

    Saélif Goff revit la guerre et l'histoire de ces îles. Du premier colon de ces terres inhospitalières, le Français Bougainville, à l'héroïne controversée qui a chassé les Argentins en 1982, Margaret Thatcher, il ne néglige aucune exploration. Ses aventures tourneront à la mésaventure, presque à la ruine, dont il sera sauvé par sa fidèle compagne abreuvée de courriers électroniques durant son séjour malouin. Fine mouche, elle saura en faire bon usage. Un roman plein d'allant, d'humour et de profondeur sur le thème de la guerre, du pouvoir et de l'amour.

  • Les chanoines vermeils et brillants de santé S'engraissent d'une longue et sainte oisiveté Sans sortir de leur lit plus doux que des hermines Ces pieux fainéants faisaient chanter matines Veillaient à bien dîner, et laissaient en leur lieu à des chantres gagés le soin de louer Dieu Le poème « héroï-comique » de Nicolas Boileau, Le Lutrin (1683), dépeint la vie canoniale de son époque sous un jour peu glorieux. à travers l'Ancien Régime, les compagnies capitulaires sont l'objet tantôt de la gouaille, tantôt de la jalousie, ces sentiments mêlés qui visent d'ordinaire les institutions privilégiées, fastueuses et puissantes. La cathédrale Notre-Dame de Tournai, dans la seconde moitié du 18e siècle, connaît une période de fastes et de splendeurs, avant le brutal effondrement de l'Ancien Régime et sa suppression en novembre 1797. La plus illustre des églises « belgiques » recrute principalement dans l'aristocratie. Elle compte parmi ses membres plusieurs gloires littéraires, dont Octavien de Guasco, l'ami de Montesquieu, et le philosophe Corneille-François de Nelis. Par quelques particularismes, elle se trouve placée sous protection « spéciale » des souverains. Ses membres jouissent du privilège insigne de se vêtir en violet d'évêque ; en 1753, Marie-Thérèse y joint la concession d'une croix d'émail, qu'ils portent fièrement sur l'aumusse d'hermine. Comment s'y organise la vie canoniale ? La compagnie est-elle engoncée dans les vanités et la « sainte oisiveté » ?
    Le présent volume se compose de trois études, consacrées aux revenus et devoirs des chanoines, aux modes de recrutement et à la discipline capitulaire. La seconde partie, le dictionnaire prosopographique, comporte une notice pour chacun des septante-trois chanoines qui se sont succédé les trente dernières années du 18e siècle.
    Un second volume est prévu.

  • Installé depuis 1989 au Muy (Var) dans un ancien moulin qu'il a rénové et agrandi, Bernar Venet a réalisé un lieu dédié à la création contemporaine.
    Dans cet espace exceptionnel et vaste sont exposés à la fois les oeuvres de l'artiste et celles de sa collection personnelle d'artistes internationaux : Dan Flavin, Donald Judd, François Morellet, Sol Lewitt, Franck Stella, Lawrence Weiner...
    À l'extérieur, dans les jardins transformés en parc de sculptures, sont installées des oeuvres monumentales de Bernar Venet (Arcs, Lignes indéterminées, etc.).
    Mi-juillet 2014, cet endroit, devenu fondation privée, s'ouvrira au public et deviendra l'un des lieux d'exposition les plus importants du sud-est de la France consacrés à l'art contemporain.
    Né de la volonté de l'artiste de faire connaître au plus grand nombre l'histoire de l'art contemporain des années 1960 à nos jours, ce lieu unique a désormais son catalogue.
    Textes de Damien Sausset, Robert Arnoux et Alexandre Devals.

  • Lisette de brinon

    Ullmann. Bernar

    Rien ne prédestinait lisette, issue d'une famille juive ardemment patriote, à devenir l'épouse de l'un des chefs de file de la collaboration, fusillé en 1947.
    Lisette de brinon a accumulé avec un inlassable dynamisme toutes les contradictions et les ambiguïtés du tumultueux xxe siècle. son fils évoque sans indulgence mais non sans attachement, le singulier itinéraire de cette femme à travers les tempêtes du siècle dernier. un livre émouvant qui, à travers le destin hors du commun de lisette de brinon, éclaire de l'intérieur à la fois les troubles années 1930 et les obscures années d'occupation.

  • 1604 à nos jours : Quatre siècles de présence française en Guyane ! La colonisation s'est déroulée dans des conditions extrêmement difficiles et représente un cas unique dans l'histoire des visées expansionnistes du royaume de France.
    En étudiant point par point les histoires qui font l'Histoire, l'auteur amène le lecteur à se faire, pas à pas, une idée personnelle sur les grands enjeux et les grandes orientations qui ont abouti à la Guyane d'aujourd'hui. Plusieurs centaines de documents commentés, de graphiques, de repères chronologiques, de renvois bibliographiques, font de cet ouvrage une référence pour l'étudiant, le chercheur ou le simple curieux.
    Sa présentation originale en chapitres brefs fait qu'il est possible de lire ce document du début à la fin, de trouver instantanément une information précise ou de le feuilleter au hasard de sa fantaisie.

  • Qu'attendons-nous de la parole d'un artiste ? Qu'elle nous éclaire sur les méandres et les détails de sa démarche ? Qu'elle nous fasse entrer dans le secret de sa pratique ? Qu'elle crée entre lui et nous un espace de confidence et de complicité qui renforcerait l'impression d'intimité que nous croyons partager avec l'oeuvre même ? Tout cela, Bernar Venet ne vous l'offre pas dans les écrits et les entretiens qui constituent ce volume.
    Ce n'est pas le credo des déclarations qu'il rassemble ici sous ce titre - « La Conversion du regard » - qui fait synonyme de la pause qu'il s'était imposée entre 1970 et 1976 dans sa pratique artistique et qui fut à l'origine du développement de son travail de « définition » et d'« investigation » théorique. Certes, B. Venet s'explique dans ces textes, mais avec un strict désir d'extériorité et de rationalité, et tout semble lié à l'affirmation d'une « monosémie » conçue pour chasser l'équivoque et les miasmes de l'expression personnelle. Mais B. Venet va plus loin encore dans la mise à jour des modalités de la présentation de soi-même et de l'auto-analyse. En choisissant d'encadrer ses propos de textes de Thierry Kuntzel et de Christian Besson, il expose aussi avec une lucidité peu commune quelles sont les limites discursives d'une pratique artistique. Et, du même coup, il propose aussi à son lecteur de penser aux limites du discours critique et historiographique en l'invitant à comparer ce que le premier écrivait en 1975 et ce que le second met en perspective aujourd'hui.

  • Hélène et Hailou, son conjoint anthropologue, s'installent dans la vallée de la Kibish qui a vu apparaître le premier homme moderne, il y a 195 000 ans. Aux confins du Soudan, du Kenya et de l'Éthiopie, la région est un point aveugle sur les cartes.
    Hailou a reçu pour mission de faire la paix entre des tribus qui guerroient depuis l'aube des temps pour le contrôle des points d'eau et des rares pâturages. Hélène la Française se consume d'ennui tandis qu'Hailou bat montagnes et volcans pour négocier avec les dignitaires traditionnels. Sous des dehors rustiques dont ils jouent comme d'un masque, ceux-ci sont de redoutables politiques et des stratèges machavéliques.
    Hailou n'a pas jugé utile de révéler à Hélène qu'un mystérieux Occidental lui offre beaucoup d'argent contre des informations de première main sur la situation géostratégique d'une zone riche en pétrole et en minéraux où la guerre entre le Nord- et le Sud-Soudan menace de se rallumer à tout instant.
    D'abord désorientée par un monde dans lequel elle se sent profondément étrangère, Hélène est finalement emportée dans le chaos de la rivière Kibish où la violence est parfois mêlée d'une étrange douceur.

empty