Arcane 17

  • La crise du coronavirus et les mesures de confinement ont mis en évidence les fragilités d´un système qui ne garantit pas la nourriture à tous, encore moins la nourriture de qualité. La désorganisation des grandes institutions a livré les plus précaires à eux mêmes. Elle réactive du même coup une exigence qui monte en puissance depuis plusieurs mois : à savoir celle d´une sécurité sociale de l´alimentation, comme il existe une sécurité sociale de la santé. Sa mise en oeuvre impose de remettre à plat tout un système aujourd´hui piloté par l´agro-industrie et qui a fait de la pauvreté un de ses rouages autant qu´un de ses débouchés, et de la privatisation des ressources une de ses raisons d´être. Elle implique aussi de réinterroger notre fonctionnement démocratique qui continue d´écarter les femmes de prises de décisions dont elles sont, au quotidien, les premières à assumer les conséquences.

  • « Les chemins de l'exil » est un recueil de poèmes consacrés à la Retire- da de 1939 et à l'exil en terre française, empreints de douleur mais aussi d'espoir. Engagée et nécessaire, cette écriture, dont on peut apprécier le continuum de densité à travers les différentes parties de l'ouvrage, fait se rencontrer la petite et la grande histoire de l'Espagne en guerre et celle de ces bannis devenus forces vives de l'autre côté de la frontière. Au fil des vers, se transmettent avec puissance sentiments et ressentis face à un passé profondément meurtri et une vive actualité. Leur force évocatrice nous fait ressentir dans notre chair idées et réflexions personnelles. Nous nous surprenons alors à nous murmurer ou à marteler les mots pour en apprécier toute la richesse.

  • L'enfant de la fatigue Nouv.

    Abandonné par sa mère dès sa naissance, Wandifing Sambou quitte le Sénégal avant l'âge de six ans pour s'installer dans les quartiers du nord de Marseille.
    Élevé par un père violent mais souvent absent, il se construit une adolescence dans un milieu gangréné par les trafics en tout genre avant de se mettre en tête de retrouver celle qui lui a donné naissance.
    Après l'école de la vie, puis celle de la rue, il découvre celle du sport de haut niveau à l'âge adulte en devenant Finger, une légende de la boxe anglaise.
    Pourtant, il découvrira à ses dépens que le combat d'une vie ne s'accorde pas toujours avec un destin de champion.

  • Je suis Razan Nouv.

    Razan est un prénom arabe qui signifie « respecté, sage, sérieuse, à l'écoute, loyale » et admirée pour sa perfection. Razan a incarné toutes ces qualités, elle les a habitées et portées avec fierté pour dire haut et fort, les qualités de son peuple, les Palestiniens. Unique, symbole de tous les êtres humains, elle a partagé ses valeurs, ses doutes, ses colères, son amour. Elle n'a jamais cessé de croire dans la nécessité d'agir collectivement pour les droits, pour la santé, pour la vie, pour la liberté. Devenue icône malgré elle, elle laisse désormais une empreinte forte que Chantal Montellier a voulu mettre en oe?uvres : dessins, témoignages, rappels historiques, dialogues imaginaires, hommages.

  • Il y a cent-cinquante ans, Paris s'engageait dans une expérience inédite de gouvernement populaire, visant à réaliser concrètement les valeurs révolutionnaires et républicaines d'égalité, de liberté et de fraternité. Cette expérience de la Commune de Paris a servi de moteur symbolique pour tout le mouvement ouvrier et pour l'ensemble de la gauche politique. Rédigé par un des co-présidents de l'association des Amies et amis de la Commune, ce livre fait le point de ce que l'on sait de cette Commune et de ce qui permet de la comprendre dans sa richesse et sa complexité. Conscient de la diversité des regards possibles sur l'événement, il suggère que la pluralité nécessaire des mémoires ne devrait plus obscurcir ce qui peut unir les héritiers actuels de la Commune de Paris. C'est à cette condition, pense-t-il, que la chanson aura raison en redisant que "la Commune n'est pas morte".

  • « En France on déteste la réussite », « Ce sont les riches qui font tourner l'économie », « Les plus aisés sont matraqués de taxes », « Si on augmente encore les impôts des grandes fortunes elles vont partir »...
    Ces slogans inondent les grands médias - détenus quasiexclusivement par des milliardaires - et se sont répandus dans toutes les couches de la société. Au point qu'un véritable consensus semble s'être installé pour considérer que taxer les riches est impossible.
    Ces idées reçues font office de vérités universelles : le bonheur des nantis ferait, par ruissellement, notre bonheur à tous. Emmanuel Macron en a fait la colonne vertébrale de son programme et de son action, méritant son surnom de « Président des riches ».
    « Nous n'avons pas besoin de riches » est un essai qui s'attache à déconstruire cette ploutolâtrie qui est le coeur idéologique du macronisme. Conçu comme un outil pédagogique autant que politique et soutenu par une plume alerte, il démonte point par point les mensonges des libéraux sur les vertus des riches et des inégalités - et avance des réformes radicales pour le partage des richesses et la justice sociale.

  • Livre de cuisine afghane Nouv.

    Aminullah Serla Zei est une jeune afghan. Il est arrivé en France en 2019 avec lespoir de trouver un pays qui laccueille et lui permette de trouver un travail. Pris en charge par le Val dAdour, enclave du nord des Hautes Pyrénées à la limite du Gers, il se familiarise rapidement avec le territoire et ses habitants. Boulanger de formation il trouve un service civique au sein de lassociation des élèves du lycée agricole de Vic en Bigorre. Il soccupe notamment dun jardin en permaculture. Passionné de cuisine depuis toujours, et fort de cette première expérience, il intègre lécole des métiers de Tarbes en apprentissage cuisine.

    Livre de cuisine afghane est un livre de recettes quil a construit avec lassociation Rivage agréée par lEtat qui soccupe des jeunes du Val dAdour. Secondé par Alice Brouca et Xavier Saut pour les dessins et de Fatiha Bhari pour la traduction des recettes, Aminullah nous transmet son art de la table ainsi quune partie de son histoire personnelle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • H.s.

    François Salvaing

    H.S comme Hors service. Fin 70-début 80 ce sont des dizaines de milliers d'hommes et de femmes, une industrie, une région, qui ont été ainsi exclus du jeu social par les autorités économiques et politiques, nationales et européennes.
    Des années plus tard, l'écrivain narrateur a décidé de retourner voir ceux qu'ils a croisé, journaliste alors que la lutte s'organisait. Il s'appuie sur les réseaux militants d'une organisation politique alors importante, aujourd'hui marginale, pour en retrouver plusieurs, se réapproprie le fil de leurs existences sciemment brisées en même temps que leur outil de travail.
    Au fil des rencontres l'écrivain décide de raconter l'histoire d'une famille particulière, mettre à nue ses profondes lézardes, entrer par son biais dans les débats et les dégâts collectifs et intimes dont trente ans plus tard la Lorraine reste marquée.
    François Salvaing signe là un superbe roman sur la casse de la sidérurgie, le drame de cette classe ouvrière devenue invisible dans une société qui n'est plus intéressée que par la finance. Le récit se fait tour à tour reportage, histoire d'amour et enquête.

  • Une pandémie de grippe de l´importance de celle de la Covid-19, qui s´est répandue dans le monde à partir de la fin de l´année 2019, n´avait pas eu lieu depuis un siècle. L'auteur laisse aux scientifiques le soin d´informer en temps voulu des origines et des spécificités de ce virus, des possibilités de vaccins et de traitements pour prévenir la maladie qu´il induit et la guérir. Sa démarche est toute autre. Elle vise à démontrer, témoignages à l´appui, comment cette pandémie a été prise en charge dans notre pays, les retards, les manques dans notre système de santé, en particulier hospitalier. Elle tire à chaud, un bilan du Ségur de la santé.

  • D'abord Ligue communiste, puis Ligue communiste révolutionnaire (LCR).
    D'avril 1969 à février?2009, la ligue c'est quarante ans d'une histoire qui compta ses heures de gloire et ses moments sombres, ses instants de doute, ses jours de crise et de grandes flambées d'enthousiasme et de solidarité militante.
    C'est un fil rouge qui relie l'histoire de la 4e Internationale aux porteurs de valises de la guerre d'Algérie, des barricades de Mai 68 au mouvement altermondialiste et à la candidature d'Olivier Besancenot.
    La ligue, ce sont surtout ses militantes et ses militants qui, de génération en génération, ont su préserver vivante la tradition de la lutte directe tout autant que celle de la réflexion théorique ouverte.
    Dix ans après son autodissolution pour créer le NPA, il était temps d'écrire cette histoire.
    Non une «?histoire officielle?», mais une tentative de retracer une période si riche en grandes mobilisations populaires où la Ligue fut tout à la fois une petite organisation politique essayant de peser sur la situation, un réseau incroyable de militant·es du mouvement social, un courant politique qui pensait simultanément sa construction et son dépassement.

    François Coustal et Hélène Adam livrent un témoignage qui se fixe comme ambition de servir de «passeur» pour les jeunes générations, celles qui pourront reprendre à leur compte les mots fameux de Daniel Bensaid?: «?Bien sûr, nous avons eu davantage de soirées défaites que de matins triomphants... Et, à force de patience, nous avons gagné le droit précieux de recommencer.?»

  • Au bord de l'étang

    Collectif

    « L´étang de Berre a mauvaise presse. Mais nous, on l´aime. On vit autour. On vit. avec. Et même parfois, on vit dedans. C´est tout cela que nous avons voulu raconter ensemble. L´étang de Berre, il faut en prendre soin, il faut le cajoler. Non pas pour en faire un musée, mais comme un bien commun. Alors que se développent les initiatives pour sa réhabilitation, j´ai proposé à des écrivaines et des écrivains du pourtour d´y contribuer la plume à la main. Une forme de réhabilitation littéraire, en somme. Nous avons voulu cette pluie de mots, d´images, d´émotions, d´histoires. Parce que notre étang n´est pas qu´une masse d´eau : il est le théâtre de nos vies. Et nous en sommes fiers.

  • Mortelles primaires

    Collectif

    La gauche a disparu. Comme si un tueur en série effaçait systématiquement tous ses chefs et cheftaines ; en fait, tous ceux qui, peu ou prou, pourraient faire figure de présidentiables : Aubry, Autain, Cazeneuve, Chevènement, Cohn-Bendit, Duflot, El Khomri, Fabius, Filoche, Hamon, Hollande, Jospin, Laurent, Le Foll, Macron, Mélenchon, Poutou, Royal, Taubira, Touraine, Valls....
    Le malfaisant signe ses forfaits d'un mystérieux 49-3. Que signifie cette hécatombe ? Une primaire sauvage ? Pourquoi ? Comment ? À lire avant le premier tour...

    Vingt-deux auteur-e-s de polar mènent l'enquête : Eva ALMASSY, Diego ARRABAL, Laurence BIBERFELD, Antoine BLOCIER, Didier DAENINCKX, Dominique DELAHAYE, Gilles DEL PAPPAS, Jeanne DESAUBRY, Pierre DHARRÉVILLE, Pierre DOMENGES, Patrick FORT, Gildas GIRODEAU, Maurice GOUIRAN, Philippe MASSELOT, Jacques MONDOLONI, Chantal MONTELLIER, Max OBIONE, Philippe PATERNOLLI, Valerie DE SAINT DO, Gérard STREIFF, Marie-Pierre VIEU, Arnaud VIVIANT....

  • Marchais

    Gérard Streiff

    Il y a vingt ans décédait Georges Marchais. Dirigeant communiste, d'origine ouvrière, il fut un tribun très populaire que les milieux dominants n'ont pas épargné. Que reste-t-il aujourd'hui de l'image de cet homme dans la mémoire collective?
    Cette biographie revisite les grandes étapes de sa vie, l'enfance normande, la jeunesse ouvrière, le séjour en Allemagne, le militantisme syndical à la Libération, l'engagement communiste, ses rapports avec Maurice Thorez ou Waldeck Rochet, sa complicité avec Jean Kanapa et Charles Fiterman, les années de feu de la décennie soixante-dix, l'eurocommunisme puis le «choc» de 1981 avant la perestroika et l'effondrement de l'Est.
    Georges Marchais dirigea le PCF dans une période charnière pour cette formation, qu'il contribua à moderniser tout en demeurant dépendant d'un lourd héritage.
    Il est temps de redécouvrir Georges Marchais.

  • Au coeur de la haine

    Thomas Portes

    Ce premier livre est le fruit d'un tour de France que Thomas Portes a réalisé ces derniers mois pour écouter et donner la parole à des syndicalistes, responsables associatifs, militants culturels ou élus locaux confrontés à cette peste brune qui est en train de gagner une assise territoriale et contaminer les rapports sociaux.
    Construit à partir de témoignages et de retours de « terrain » le récit n'entre pas dans la catégorie d'essai sociologique. Il reste le journal de bord de la montée de l'extrême droite dans notre pays, vue et commentée par celles et ceux qui ont décidé de lutter contre elle.
    Pour Thomas Portes, c'est encore le moyen de préparer son procès intenté par Génération identitaire en portant un message de résistance et d'espoir car ce dont témoigne ce livre est que même dans les territoires les plus touchés par le fléau de l'extrême droite comme le Nord ou la région lyonnaise, des femmes et des hommes continuent le combat, portant haut et fort le drapeau de la solidarité et de la dignité.

  • Il entre dans les publications des Editions Arcane 17 autour du centenaire du PCF. C´est un livre d´analyse extrêmement documenté et abouti. L´auteur y part du constat que « Oui, les premières expériences du communisme au XXe siècle ont été des échecs » et il va tenter d´approcher la chaîne de causalités pour en arriver à la conclusion que « L´échec des premières expériences communistes du XXe siècle n´est pas l´échec du communisme » ouvrant ensuite des pistes pour refonder une théorie de l´émancipation. Le parti pris de Michel Limousin est de poser au départ de son travail deux hypothèses: la première est que tout se joue entre 1917 et 1920-1921 et la seconde que la question clé est idéologique.
    />

  • Vive le Che !

    Jean Ortiz

    Comment expliquer en 2017 le prestige têtu du Che, la fascination qu'il exerce encore et toujours dans le monde entier ? Dans cet ouvrage, nous proposons une synthèse « grand public », des pistes de réflexion, des points de vue à contre-courant de la fureur irrationnelle, du lynchage médiatique habituel, permanent et redoublé contre les changeurs de monde, surtout dans les périodes « d'effet anniversaire ».
    Nul doute qu'en octobre 2017 on nous ressortira le Che « bourreau de l'épuration à la Cabaña », la « rupture » avec Fidel, le lâchage par Castro... Puisse ce livre, que nous voulons accessible à tous, répondre à la soif de connaître ; d'être informé honnêtement, pour pouvoir se faire sa propre opinion.
    />

  • « Comment ne pas être heideggerien », interrogeait Alain Finkielkraut dans son intervention lors d'un colloque en janvier 2015 de la revue La règle du jeu, dirigée par Bernard-Henri Lévy, sur le thème Heidegger et les juifs. Il réunissait une trentaine de philosophes, quelques mois après la parution en français d'extraits significatifs des « Cahiers noirs » du philosophe allemand, attestant d'un antisémitisme nié depuis des décennies par la plupart des commentateurs de son oeuvre. Et donc, affirmait Alain Finkielkraut « aucun philosophe ne pourra plus dire qu'il ne savait pas » mais c'était, une fois levée cette hypothèque et débarrassé de l'eau sale du bain, pour mieux sauver le corps toujours en bonne santé de Heidegger autour de questions des plus actuelles comme celle des migrants, de l'identité, de la mondialisation ou même des études de genre dans les universités. De fait, la pensée de Heidegger que ce soit à travers la montée des extrêmes droite en Europe, dans l'oeuvres d'autres essayistes et d'idéologues reste résurgente.
    Dans un court essai d'une centaine de pages, Maurice Ulrich s'applique a démonter la statue toujours étonnamment vaillante du philosophe allemand.

  • Des leaders indépendantistes, emprisonnés depuis bientôt deux ans et encourant des peines allant jusqu'aÌ vingt-cinq ans de prison, cela pourrait être la trame d'un roman noir. Sauf que ces hommes et ces femmes existent bel et bien. Enfermés au lendemain du référendum du 1er octobre 2017 sur l'indépendance de la Catalogne, ils sont sous le coup d'une accusation de « coup d'État » et jugés pour participation aÌ « soulèvement violent ». Le verdict sera exemplaire car, pour l'État espagnol, il s'agit de tuer dans l'oeuf toute nouvelle tentative de « sédition ».
    15 auteur-e-s de polars ont décidéì de répondre présent-e-s et de s'engager, usant de l'écriture comme d'autres jouent les francs-tireurs et renvoyant aux oubliettes de l'Histoire tous les Torquemadas d'aujourd'hui. AÌ l'arrivée cela donne quinze fictions aux sujets variés mais toutes porteuses du même refus de la répression et de la même exigence de la libération immédiate de tous les prisonniers politiques.

  • Octobre 1917, Lénine et Trotski ont fait le choix de l'insurrection populaire. Le 25 octobre, le congrès des soviets de Russie à Saint Petersbourg se réunit à 22h40. Le 26 octobre, à 2h00 du matin, le Palais d'hiver est occupé par les bolcheviks. Sans le moindre mort. Un nouveau gouvernement est mis en place, deux décrets sont adoptés : un sur la paix et l'autre sur la terre agricole. Juste après cette annonce du gouvernement, une explosion...
    Après Franco la Muerte (2015) et Mortelles primaires (2016), les éditions Arcane 17 proposent un recueil de nouvelles autour du centenaire de 1917, où l'angle d'attaque est laissé à l'appréciation de l'auteur-e. Chacun-e peut librement revisiter la révolution bolchévique, en écrire un autre scénario, évoquer un souvenir personnel et noir lié à cette épopée, inventer une histoire d'aujourd'hui qui rebondit sur 1917. Dans le veine des deux précédents livres, ce dernier s'offre une nouvelle lecture du 20ième siècle. Un polar couleur sang.

    Les auteurs.
    Diego Arrabal, Antoine Blocier , Xavier Marie Bonot, Didier Daeninckx, Dominique Delahaye, Chantal Montellier, Mano Gentil, Gilles Vidal, Roger Martin, Jacques Mondoloni, Max Obione, Philippe Masselot, Valérie de St Do, Gilles Del Pappas, Jeanne Desaubry, Maurice Gouiran, Gildas Girodeau, Francis Pornon, Philippe Pivion, Christian Kazandjian, Gérard Streif.

empty