• Mark Rothko

    Mark Rothko

    « Quand une foule regarde une peinture, ça me fait penser à un blasphème, je suis sûr qu'un tableau donné ne peut entrer en communication directe qu'avec un individu particulier, qui par coïncidence le comprend et comprend l'artiste. » Mark Rothko "When a crowd of people looks at a painting, I think of blasphemy, I believe that a painting can only communicate directly to a rare individual who happens to be in tune with it and the artist." Mark Rothko

    Ajouter au panier
    En stock
  • Si Marx fascine tant les philosophes, c´est peut-être parce qu´il a si vigoureusement dénoncé l´illusion de « la philosophie », le « discours de la mauvaise abstraction », toujours idéaliste même sous des dehors matérialistes, et toujours stérile malgré sa grandiloquence.
    Pourtant, à n´en pas douter, comme le montrent les cent textes rassemblés dans cette anthologie - pris dans les oeuvres de jeunesse et surtout dans Le Capital et ses brouillons -, l´oeuvre de Marx est d´une éclatante richesse philosophique. L´introduction de Lucien Sève revisite le corpus marxien et expose pour la première fois avec précision le réseau catégoriel d´ensemble qui constitue le fond de la « Logique du Capital » : essence, abstraction, universalité, objectivité, matière, forme, rapport, contradiction dialectique, histoire, liberté...
    Outre l´introduction et les notes qui accompagnent chacun de ces textes, un index des concepts philosophiques détaillé contribue à faire de ce volume un précieux instrument de travail et de culture.

    Cent textes choisis, traduits et présentés par Lucien Sève.

  • Écrits sur l'art Lettres à ses amis peintres - Barnett Newman, Robert Motherwell, Adolph Gottlieb -, récits de voyage en Europe, notamment à Paestum où Rothko affirme qu'il a « toujours peint des temples grecs sans le savoir », descriptions d'étés en famille dans les campus américains où il donne cours, cahiers de notes dans lesquels Rothko parle de l'importance du surréalisme, de Picasso ou de Miró, confessions amères sur le règne des marchands et des critiques d'art, manifestes et réponses à des conservateurs et à des critiques, ces Écrits sur l'art rassemblent les textes de Mark Rothko depuis ses débuts, en 1934, jusqu'en 1969, un an avant son suicide. Confiés à des musées américains ou conservés par ses enfants, ces écrits étaient jusqu'alors inédits. Ils nous révèlent l'ambition de l'un des plus grands peintres du XXe siècle : « Les tableaux doivent être miraculeux : à l'instant où l'un est achevé, l'intimité entre la création et le créateur est finie. Ce dernier est un étranger. Le tableau doit être pour lui, comme pour quiconque en fait l'expérience plus tard, la résolution inattendue et sans précédent d'un besoin éternellement familier. »

  • Quelques proches de Mark Rothko, ses enfants soupçonnaient son existence, mais nul n'avait jamais vu le manuscrit. Quoique inachevé, « le livre » existait bel et bien : exhumé en 1988 de l'entrepôt new-yorkais où il sommeillait, il est aujourd'hui publié pour la première fois. Au début des années 1940, Rothko est un jeune artiste de trente-sept ans qui peine à vivre de sa peinture. Confronté aux limites de la figuration, éprouvé par le silence, voire l'hostilité, que rencontre son travail, il décide de s'arrêter de peindre et se met à écrire. De cette crise est née La Réalité de l'artiste : méditation sur les grandes catégories de l'art occidental - le sacré, la beauté, la perspective, le clair-obscur... -, plongée dans l'oeuvre des maîtres - Masaccio, Giotto, Vinci, Rembrandt... -, réflexion sur les principaux courants artistiques de la Renaissance au surréalisme, ce livre dissèque aussi avec humour la condition de l'artiste et ses rapports tourmentés avec le marché de l'art. La Réalité de l'artiste est un document unique : revenu de ce voyage aux sources de l'art, Rothko allait s'engager sur les chemins de l'abstraction.

  • Lettres à ses amis peintres

  • «Le livre». Quelques proches de Mark Rothko, ses enfants
    soupçonnaient son existence, mais nul n'avait jamais vu le manuscrit.
    Quoique inachevé, «le livre» existait bel et bien : exhumé en 1988
    de l'entrepôt new-yorkais où il sommeillait, il est aujourd'hui publié
    pour la première fois.Au début des années 40, Rothko est un jeune artiste de trente-sept
    ans qui peine à vivre de sa peinture. Confronté aux limites de
    la figuration, éprouvé par le silence, voire l'hostilité, que rencontre
    son travail, il décide de s'arrêter de peindre et se met à écrire.
    De cette crise est née La Réalité de l'artiste : méditation sur les
    grandes catégories de l'art occidental - le sacré, la beauté, la
    perspective, le clair-obscur... -, plongée dans l'oeuvre des maîtres
    - Masaccio, Giotto, Vinci, Rembrandt... -, réflexion sur les principaux
    courants artistiques de la Renaissance au surréalisme, ce livre
    dissèque aussi avec humour la condition de l'artiste et ses rapports
    tourmentés avec le marché de l'art.Éclairant de l'intérieur la pensée d'un des peintres les plus mystérieux
    du XXe siècle, La Réalité de l'artiste est un document unique :
    revenu de ce voyage aux sources de l'art, Rothko allait s'engager
    dans les chemins de l'abstraction.

  • écrits sur l'Art

    Mark Rothko


    Lettres à ses amis peintres - Barnett Newman, Robert
    Motherwell, Adolph Gottlieb -, récits de voyage en Europe,
    notamment à Paestum où Rothko affirme qu'il a «toujours
    peint des temples grecs sans le savoir», description d'étés en
    famille dans les campus américains où il donne cours, cahiers de
    notes où Rothko parle de l'importance du surréalisme, de Picasso
    ou de Miró, confessions amères sur le règne des marchands et
    des critiques d'art, manifestes et réponses à des conservateurs
    et à des critiques, ces Écrits sur l'art rassemblent les textes de
    Mark Rothko depuis ses débuts, en 1934, jusqu'en 1969, un an
    avant son suicide.
    Confiés à des musées américains ou conservés par ses enfants,
    ces écrits étaient jusqu'alors inédits. Ils nous révèlent l'ambition
    de l'un des plus grands peintres du XXe siècle : «Les tableaux
    doivent être miraculeux : à l'instant où l'un est achevé, l'intimité
    entre la création et le créateur est finie. Ce dernier est un
    étranger. Le tableau doit être pour lui, comme pour quiconque
    en fait l'expérience plus tard, la résolution inattendue et sans
    précédent d'un besoin éternellement familier.»


empty