À propos

Une étude sur l'adjectif qui propose la thèse suivante : l'adjectif se caractérise par un clivage entre forme et fonction qui justifie son comportement : blocage prédicatif de certains adjectifs et instabilité typologique.
Cette étude représente un pas supplémentaire dans le décryptage du fonctionnement de l'adjectif en français et dans d'autres langues. Elle répond à des questions récurrentes, comme celle de la fonction syntaxique primaire, celle du blocage prédicatif de certains adjectifs, ou encore celle de l'instabilité typologique de la catégorie. En remplaçant la notion de classe d'adjectifs par celle d'emploi, cet ouvrage s'oppose aux théories qui attribuent au sémantisme lexical les spécificités du comportement adjectival, mais adhère en revanche aux postulats de Michele Prandi qui différencie les régimes de codage des positions épithète et attribut.
À travers l'analyse des emplois conflictuels puis des emplois cohérents de l'adjectif, l'étude démontre que la position attribut est la vraie garante de la relation de qualification, assurant par là la fonction prototypique de l'adjectif, alors que la position épithète est la seule permettant de définir les contours de la catégorie, c'est-à-dire sa forme. C'est ce clivage entre forme et fonction que l'auteure définit comme le « paradoxe » de l'adjectif, qui ne serait pas une caractéristique propre au français, mais au contraire largement partagée par les langues du monde, faisant de l'adjectif une catégorie instable.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences du langage > Linguistique branches et domaines > Morphologie / Syntaxe

  • EAN

    9782807319851

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    288 Pages

  • Longueur

    16 cm

  • Largeur

    23.9 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    460 g

  • Distributeur

    Dilisco

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty